Penseur

Réflexions pour être des citoyens heureux dans une société prospère

Bien plus important que la pub

Trouver un sain équilibre entre l’intérêt individuel immédiat et l’intérêt collectif durable.

Un sujet trop vital pour le laisser
entre les mains des religions


Je rêve que nous soyons des citoyens profondément et réellement heureux.

Je crois qu’il est plus important « d’être » que « d’avoir ».

Je crois qu’il est urgent de nourrir une profonde réflexion économique, politique, sociale, culturelle et spirituelle.

Voici quelques pistes de réflexion. Elles explorent la spiritualité, car sous une forme ou sous une autre, cette dimension est fondamentale chez l’humain.

Je ne prétends aucunement détenir la Vérité absolue. Ce qui se trouve ici, sur ce site, est un travail de réflexion en constante évolution qui ne demande qu’à s’enrichir des pensées des autres. J’aurai atteint mon objectif si les idées exprimées ici – ne serait-ce qu’en suscitant des débats constructifs – permettent de nous approcher d’une société dans laquelle nous, et nos enfants, serons plus heureux.
 

La spiritualité est trop importante pour l’oublier.


Elle est aussi trop indispensable pour la réduire à de l’éthique et culture religieuse.

L’Histoire et l’actualité nous apprennent à quel point les religions peuvent se comporter de façon sectaire, fanatique, aveugle, inhumaine et haineuse. Que de crimes commis au nom d’un Dieu qui ne les a jamais demandés et qui les réprouve. En effet, de tout temps et en tout lieu, les comportements condamnables des organisations religieuses n’ont rien à voir avec la spiritualité. Ils sont le fait de gens de pouvoir, d’hommes (le plus souvent) et de femmes qui tournent dos à la grandeur du message d’Amour du Créateur afin de satisfaire leur égoïste suffisance et leur lamentable incompréhension de leurs responsabilités. Bien sûr, la majorité des fidèles des grandes religions de l’histoire de l’humanité se sont comportés honorablement. Mais lorsqu’un chef religieux appelle au meurtre d’un infidèle, ou qu’il cautionne la violence envers une personne qui ne se conforme pas à un simple rite, l’autorité dont il jouit est immense. L’impact de certaines décisions des autorités religieuses en vient à souiller l’essence de la spiritualité.

Inversement, si certains aspects de la religion sont parfois trop lourdement présents, la banalisation est tout aussi nocive. Réduire la formation spirituelle à un insignifiant cours d’éthique et de culture religieuse est un grave appauvrissement de l’individu. D’abord, l’éthique n’est aucunement comparable à la profondeur de la spiritualité. Il y a une éthique publicitaire, une éthique comptable, voire une éthique criminelle. Il n’y a pas de spiritualité publicitaire, comptable, criminelle ou autre. L’éthique n’est qu’un ensemble de règles de conduite à l’intérieur d’un groupe afin d’éviter d’indisposer les membres. Quant à la culture religieuse, elle ne s’attarde en fait qu’à la manière extérieure dont s’exprime une organisation religieuse. Quels vêtements sont portés dans telle occasion. Quels objets sont utilisés durant telle cérémonie. À quel endroit une personne peut, ou ne peut pas, se tenir dans un lieu de prière en raison de son statut dans la hiérarchie.

Je crois à l’importance de la spiritualité. Je ne peux pas considérer l’humain comme un simple morceau de viande sur patte. Je refuse d’être réduit à un simple rouage d’un système aveugle de production, de consommation et d’exploitation.

Je crois au Père Créateur qui nous aime et qui nous accorde le libre arbitre de nos pensées, de nos paroles et de nos gestes. Je crois que chaque existence est précieuse à ses yeux. Je crois que le Père est heureux lorsque ses enfants le sont, et qu’il souffre de leur malheur.
Je crois que sa Pensée est le Bien qui se caractérise particulièrement par la recherche de l’intérêt collectif durable. Je crois que cette Pensée s’oppose au Mal qui se caractérise par la recherche de l’intérêt individuel immédiat.

Je crois que la spiritualité est cruciale pour vaincre le matérialisme et l’individualisme qui constituent la pire menace que l’Humanité n’ait jamais affrontée. Une menace qui risque réellement de nous détruire. En effet, on oublie trop facilement que si l’Humain ne peut se passer de la Vie, pour sa part, la Vie peut se passer de l’Humain!

L’aventurier, romancier et célèbre homme politique André Malraux (1901-1976) disait avec justesse que le 21e siècle sera spirituel… ou qu’il ne sera pas.
 
  Je vous invite à prendre connaissance de réflexions regroupées en un texte (toujours inachevé!) disponible en format pdf et intitulé Père, pour en finir avec les bondieuseries et autres fanatismes religieux.